Actualités

Examination fees 2016 – On prend les mêmes et on recommence

Examination fees 2016 - On prend les mêmes et on recommence
Examination fees 2016 - On prend les mêmes et on recommence

Examination fees 2016 – On prend les mêmes et on recommence

La montagne a accouché d’une souris serait-on tenté de dire. Après une rencontre de plus d’une heure avec cinq représentants d’élèves, la ministre de l’Education Leela Devi Dookun Lutchmun a annoncé que la date butoir a été repoussée à la fin de l’année pour le paiement des frais d’examen du SC et HSC.

Cependant, la grogne persiste. Car la rencontre entre la ministre et les « représentants » d’élèves ne s’est pas passé comme il se doit. Un deuxième groupe de négociateurs, faisant parti de Student’s Right – considéré comme des « uninvited guests » – n’ont pas eu accès à la réunion. Raison officieuse : ces derniers avaient animé une conférence de presse jeudi dernier au Centre social Marie-Reine de la Paix pour dénoncer la façon de faire du ministère de l’Education.

Dans une déclaration faite à la presse les représentants, non-reçus par la ministre, ont expliqué que la rencontre a lieu avec les « mauvais représentants ».

« La ministre n’est pas en train de solutionner le problème. Elle veut seulement montrer qu’elle fait son travail. C’est une injustice. On nous a fait comprendre que c’est l’administration qui a choisi ces élèves qui sont avec la ministre alors que c’est nous qui représentons l’ensemble des élèves », a déclaré un membre de Student’s Right.

Quant au vice-président de l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE) Munsoo Kurrimbaccus, il a affirmé à Inside.news, après la rencontre entre la ministre Dookun-Lutchmun et les représentants d’élèves, que ses craintes se confirment.

« La ministre Leela Devi Dookun-Lutchmun est en train d’utiliser une tactique pour diviser les étudiants. Elle joue de la malhonnêteté. Le gouvernement est dans l’illégalité. Les circulaires n’ont aucune force de loi. La ministre n’a pas le droit de forcer les parents à payer les frais d’examens. C’est triste pour le pays. »

Pour sa part, rencontrant la presse Leela Devi Dookhun-Lutchmun devait souligner que le gouvernement a fait « beaucoup de compromis ».

To Top