Actualités

Nouveaux règlements: Les Plaisanciers descendent dans les rues ce mercredi

Nouveaux règlements: Les Plaisanciers descendent dans les rues ce mercredi
Nouveaux règlements: Les Plaisanciers descendent dans les rues ce mercredi

Nouveaux règlements: Les Plaisanciers descendent dans les rues ce mercredi

Les opérateurs engagés dans les excursions en mer autour des îles manifesteront demain dans les rues de la capitale. Ils s’opposent au ‘New Policy Framework for Pleasure Craft Activities’ qui représente, selon eux, une menace à leurs activités.

Opérateurs et skippers se sont réunis autour d’une seule plateforme, soit la Federation of Pleasure Craft Operators pour faire entendre leurs voix. Ils réclament le gel immédiat de ces nouveaux règlements émis par le Tourism Authority qui n’augmente en rien la sécurité en mer. Ils souhaitent des consultations élargies avec tous les stakes holders pour identifier les mesures adéquates et appropriées afin d’assurer la sécurité en mer. C’est Karl Lamarque qui a été nommé secrétaire de cette fédération.

Ce nouveau ‘framework’ a été présenté septembre et contient une série de mesures dont les normes à respecter pour la conception et construction des bateaux de plaisance, la capacité porteuse de l’embarcation et la catégorisation des skippers/helpers, des équipements de sécurités et de navigation à bord des bateaux.

Cette décision du gouvernment intervient après de graves accidents en mer qui ont coûté la vie à plusieurs personnes. Un total de 9 personnes a perdu la vie depuis janvier 2015. Pour beaucoup, il était nécessaire de contrôler ce business afin de s’assurer que les touristes et mauriciens qui prennent ces bateaux pour visiter les îles le font en toute sécurité.

D’ailleurs, si on se base sur la première mesure, les opérateurs doivent avoir des bateaux conformes aux normes ISO12217, qui touchent à la longueur et la stabilité du bateau. Le nombre de personnes qu’un bateau peut transporter sera aussi contrôlé.

Certains règlements rentreront en vigueur le 15 octobre 2015 et d’autres en janvier 2017.

Le ministère du Tourisme a émis un communiqué lundi pour expliquer cette décision. Le communiqué précise que le ministère est resté à l’écoute des opérateurs là où c’était possible et que certains embarcations ne sont pas conçues pour des excursions.

To Top